Campagne de Mexico City

       J'ai vu quelque chose arriver au Mexico, il n'y a pas longtemps. Le General Valdena, un élu de Dieu, la Lumière éclaira son sentier une fois  dans l'une des réunions. Ce grand guerrier Catholique, l'un des Généraux les plus gradés du Mexique, vint humblement à l'autel et reçut le baptême du Saint-Esprit. Il rentra au Mexique; il continua de pleurer que je vienne là-bas.

      Finalement, je décidai d'y aller, le Seigneur me conduisit, j'eus une vision, et je la racontai à ma femme. Il se rendit là-bas et, quand il le fit, étant l'un des Généraux en chef (un Général à quatre étoiles), il alla au Quartier Général, au Gouvernement. Et ils sont durs envers les Protestants là-bas, vous savez. Ainsi, ils savaient que ceci allait être une terrible réunion; il y alla et prit une garde militaire. Ensuite, ils obtinrent la grande arène. Et c'est ainsi qu'ils allaient m'y emmener. C'est le Gouvernement qui m'y emmenait. Alors, l'évêque, l'un des grands évêques de l'Eglise Catholique a saisi le Gouvernement. il a dit: "Monsieur, j'ai appris que vous voulez amener un non Catholique ici."

      Il a dit : "Oui, pourquoi?"

     - "Eh bien, dit-il, vous ne pouvez pas amener un homme comme ça ici. Ce Gouvernement n'a jamais fait une telle chose."

     "Mais, répondit-il, nous l'avons fait maintenant!" Il a dit: "Eh bien, cet homme est un homme réputé. J'ai appris que des milliers de gens viennent l'écouter. Le Général Medena est mon ami intime," il a dit... Et il avait le... Le Président lui-même est un Protestant, vous savez, un Méthodiste. Il a donc dit--il a dit: "Cet homme est un homme réputé, pour autant que je sache." Il a dit: "Le Général Medina a été converti sous cet homme." Il a dit: "Eh bien, il est un... pour autant que je sache, une personne honorable." Il a dit: "Des milliers de personnes disent qu'elles viendront l'écouter."

     Et cet évêque a dit: "Quel genre de personnes sont-ils, monsieur? Ce n'est que des ignorants, c'est ceux-là qui iront écouter une telle personne."

Le Président a dit: "Monsieur, vous les avez eus pendant cinq cents ans, pourquoi sont-ils ignorants?" C'en était assez. Cela régla la question. Oh, là là! Ça les fit rentrer dans leur coquille. Oui, monsieur! Certes!

     Et alors, quand ce petit enfant est ressuscité des morts, j'ai envoyé un coursier à cet homme. La dame disait en Espagnol: "L'enfant est mort ce matin à neuf heures." Et il pleuvait; nous avons eu environ dix mille convertis chaque soir. La veille, un vieil homme aveugle avait reçu sa vue sur l'estrade. Oh, c'était trois ou quatre fois la grandeur de ce Tabernacle, et un tas de vieux châles et chapeaux, de cette hauteur à peu près, et j'ai... On me fit descendre dans l'arène par des cordes, pour m'y faire entrer.

     Je me suis avancé là, et me suis mis à prêcher par la foi. Billy est venu, et a dit: "Tu vas avoir à faire quelque chose pour cette femme." Il a dit: "J'ai là trois cents huissiers, et ils n'arrivent pas à calmer une petite femme, pesant à peu près cents livres" [environ 45 kg - Trad.]. C'était une jolie petite dame à peu près de cette taille, oh, c'était peut-être son premier enfant. Je dirais qu'elle était âgée de vingt-trois ou vingt-cinq ans.

     Et se tenait là, ses cheveux pendant, et elle portait un petit enfant. Et quand elle faisait un remue-ménage dans ce rang, ces hommes la repoussaient. Et elle escaladait au-dessus d'eux, et le bébé sur sa hanche; et se faufilait entre les jambes, et tout ce qu'elle pouvait faire. Ils l'attrapaient là-haut, et la tiraient de l'estrade. Ils n'avaient pas de carte de prière à lui donner.

     Il a dit: "Papa, si je la laisse monter ici, avec ce bébé mort, et sans carte de prière," et il a dit: "tous les autres sont là, attendant depuis deux ou trois jours sous la pluie et le soleil, et que je la laisse les dévancer," il a dit: "ça va créer là du mécontentement."

     J'ai dit: "C'est juste." Frère Moore y était, chauve comme je le suis moi-même. Et j'ai dit: "Elle ne sais pas qui est qui, et il y a tant de gens." J'ai dit: "Envoie... Et--et deux des frères... L'un des frères du Tabernacle ici, qui... Il est dans la gloire maintenant. Je ne me souviens pas de son nom. Mais il se tenait là, derrière. Alors, j'ai dit: "Frère Moore, allez là-bas, et priez pour l'enfant, et elle ne saura jamais qui--s'il s'agit de moi ou de vous-- descendez simplement là-bas--et elle ne parle pas anglais."

     Alors Frère Moore a dit: "Très bien, Frère Branham."

     Il commença à descendre. J'ai dit: "Comme je disais, dites..." Alors j'ai vu un petit enfant, un petit enfant mexicain se tenant devant moi, riant. J'ai dit: "Attendez un instant." Et j'ai dit: "laissez passer la petite dame."

     Billy a dit: "je ne puis le faire, papa, elle..."

     J'ai dit: "J'ai vu une vision, Billy."

     Il a dit: "Oh, alors ça c'est différent;"

     Alors, nous avons ouvert un passage dans la foule, comme ceci, et l'avons fait passer. Elle est venue, puis s'est jetée sur ses genoux, son chapelet à la main. J'ai dit: "Levez-vous." bbressusPuis j'ai dit: "Père Céleste, je ne sais pas ce que Tu vas faire maintenant; je ne sais pas si Tu veux que je satisfasse cette femme en priant pour son enfant, ou quoi que ce soit, mais, ai-dis-je, je pose mes mains sur le petit enfant au Nom du Seigneur Jésus." Exactement la même chose que je fis pour Frère Way, qui était étendu là l'autre jour, mort. La couverture se souleva et ce petit enfant se mis à crier, il était revenu à la vie.

     J'ai envoyé un coursier, Frère Espinoza, pour l'emmener au médecin afin d'obtenir de lui un certificat que l'enfant était bel et bien mort (il était environ dix heures ce soir-là), qu'il était mort ce matin-là à neuf heures, dans son bureau, de suite d'une pneumonie. Il ramena un certificat du médecin. Les journaux ne pouvaient pas garder le silence là-dessus, vous savez, alors ils étaient obligés de venir. Ils m'ont interviewé, et ils m'ont dit, il a dit: "Pensez-vous que nos saints aussi pourraient le faire?"

     J'ai dit : "S'ils sont vivants."

     "Oh," il a dit: "vous ne pouvez pas être un saint avant d'être premièrement mort." Voilà. Voyez-vous? Et les gens...

     Avez-vous vu l'autre jour, cette none qu'ils adulaient dans le journal? Une nouvelle sainte est morte, oh, il y a environ une centaine d'années, et ils ont fait un... ils l'ont canonisée maintenant et en ont fait une sainte. Et ils ont dit que--qu'elle est revenue d'entre les morts, et qu'elle a prié pour une certaine personne malade de leucémie, n'est-ce pas? C'était dans l'un des magazines. Pensez seulement comment ils ont soutenu cela, et quand il y a des centaines et des centaines de cas juste sous la barbe des gens ici. Qu'est cette chose? De quoi faire que l'église protestante se fasse à ce jeu-là, voyez, lui faire penser quelque chose. Et puis les véritables oeuvres du Seigneur, où c'est parfaitement confirmé, prouvé, ils n'osent pas même les mettre dans le journal. Voilà.

     Ils ont reçu une invitation  et ils l'ont rejetée. Oui, monsieur! Ils ne peuvent pas comprendre comment un Message simple, un peuple simple, de rejeter une chose comme celle-là les jetterait dans le chaos

 

                            ["Votre Vie Est-elle Digne De L'Evangile?"  -  30 Juin 1963]

2011 La campagne de Mexico City.
Powered by Joomla 1.7 Templates