La crue du fleuve Ohio - 1937

Les eaux à près de 7 mètres au-dessus du niveau du fleuve

 

     C'est probablement vers la fin de l'année 1936, pendant qu'il servait dans son église, à Jeffersonville, que Frère Branham prophétisa sur "une inondation" qui ferait déborder les eaux à 22 pieds [environ 6,70 m - Trad.] au-dessus du niveau du fleuve de Jeffersonville.

        Bon nombre de personnes qui se trouvaient au Tabernacle à l'époque dirent : "Ressaisis-toi, Billy. en 1884, il n'y en avait que pour six pouces [environ 15 cm - Trad.] au-dessus du niveau du fleuve." Ils se moquèrent de lui, disant : "Billy, tu es simplement surexcité."

      Cependant, il garda sa position et clama : "Je ne suis pas surexcité! C'est AINSI DIT LE SEIGNEUR! J'ai vu un homme descendre des cieux, prendre un roseau de mesure, le plonger dans le courant du fleuve, et la profondeur était de vingt-deux pieds [environ 6,70 m - Tr.]."

      A mesure que la nouvelle de la prophétie de Billy Branham courait, on se moquait de lui. Les gens disaient : "Tu es fou. Tu as perdu la tête." Quand il avertit les ouvriers de "Falls City Transfer Company" de la crue en vue, ils dirent : "Oh, Billy, va te faire foutre!" Cependant, moins de six semaines plus tard, l'on mesura vingt-deux pieds d'eaux au-dessus du niveau du fleuve, exactement comme Cela avait été dit.

     Or, Frère Branham ignorait quelles seraient les implications de cette crue sur lui-même personnellement. Il y en eut trois sur le Prophète :


1. Son ministère en fut confirmé ;

2. La douleur qui en résulterait serait incomparable à tout ce qu'il connaîtrait jamais ;

3. Ce serait un grand tournant dans son Ministère.

     Il y a aujourd'hui un mur dans la ville de Jeffersonville, de 22 pieds de haut, destiné à empêcher les eaux de déborder, en cas d'une autre inondation. MAIS ce mur se tient comme une preuve de l'inondation, et comme un témoignage muet de la "confirmation" du Serviteur de Dieu et Prophète du Vingtième Siècle.

     Durant la période de la crue, le jeune pasteur William Branham, homme d'extérieur et expérimenté dans la navigation fluviale, sortit dans son canot à moteur pour porter du secours à toutes les familles qu'il pouvait sauver des eaux qui débordaient du Fleuve Ohio. Les eaux de la crue s'était élevées dans son Tabernacle, à tel point que les bancs et la chaire flottaient jusqu'au plafond. Et quand les eaux décrurent, la chaire revint à l'emplacement exact où elle se trouvait avant ; la Bible était toujours ouverte au même endroit où Frère Branham l'avait laissée, et pas une goutte d'eau n'avait touché la Parole de Dieu.

     Or, étant engagé dans l'effort de secours qui s'étendait déjà sur une assez longue période de temps, Frère Branham se trouva séparé de ses femme et enfants pendant plusieurs jours. Pendant que l'inondation faisait rage, une grande partie de la population avait été évacuée à différents autres endroits plus élevés. Plusieurs hôpitaux et dortoirs de fortune furent aménagés, pour les soins des malades et des personnes déplacées.

     Dans cette confusion de gens déplacés d'un lieu à un autre, Frère Branham ne pouvait pas localiser Soeur Hope et les enfants. Il rechercha frénétiquement, suivant la trace de chaque moindre information qu'il pouvait obtenir de ceux qui avaient vu sa famille ici et là. A la fin, ce jeune Prophète et homme de famille allait se trouver devant un désastre. Il finit par retrouver sa jeune épouse, mais elle était mourante. Elle ne vécut plus que le temps de dire adieu à son mari. Moins de vingt-quatre heures après la mort de sa femme, il lui fut dit que la petite Sharon Rose était aussi mourante.

     William Branham était accablé par la douleur. Il se rua à l'hôpital, pour voir sa fille, maintenant mise en isolation, au sous-sol de l'hôpital. Il se mit à genoux et essaya de prier, mais c'était comme si un grand drap noir était tombé. Sa femme venait de mourir - quelle peine! Et maintenant, sa fille se trouvait au seuil de la mort - Plus de peine encore! Or, même Dieu refuse maintenant d'écouter sa prière - De la peine au-delà de l'imaginable.

     C'est là, au soubassement de cet hôpital, que Dieu appela Son Prophète à la barre. Il avait été éprouvé et trouvé léger en obéissance. Dieu garda le silence quand l'ennemi se mit à cuisiner la foi de Frère Branham. Après avoir combattu d'avant en arrière contre l'ennemi, sa foi demeura triomphante. Il s'écria : "Le Seigneur a donné, le Seigneur a repris, que le Nom du Seigneur soit béni". Alors tout commença à prendre sa place. Il réalisa la Vérité que sa jeune épouse lui avait dite avant sa mort. La Lumière se mit à décroître dans son âme. Il désobéit et refusa d'aller au champ d'évangélisation quand Dieu l'appela deux années auparavant. Il apprenait maintenant l'obéissance par les choses qu'il souffrait. Depuis ce temps-là, il dira toujours : "Il est préférable de toujours obéir au Seigneur."

     Troisièmement, cette expérience dans la vie de Frère Branham allait devenir un grand tournant dans sa vie et son ministère. Par obéissance à l'appel du Seigneur, il entrera maintenant dans le champ missionnaire de l'évangélisation, et son ministère commencera à devenir florissant à travers la Nation. En l'espace de quelques années encore, il sera commissionné par un Ange envoyé de la Présence de Dieu, et son ministère s'étendra dans le monde entier.

     [Ce texte est une adaptation d'un extrait du livre "Empreintes De Pas Sur Le Sable Du Temps", publié par 'Voice Of God Recordings', et lequel est un recueil de morceaux choisis, par William Branham, tirés de plus de mille prédications enregistrées sur bandes magnétiques.]

 

[Frère Branham lui-même raconte cette histoire pathétique. CLIQUEZ sur le bouton "SUIVANT" (en bas à droite)].

2011 La crue du fleuve Ohio - 1937.
Powered by Joomla 1.7 Templates