Le mémorial de William Branham

brdom 

Vous êtes les bienvenus au

MEMORIAL "WILLIAM BRANHAM"

 brbible2

 

    Avant son retour à la maison, en Décembre 1965, le Frère Branham avait acquis à petite maison qui offrait une splendide et romantique Vue Sur La Nature.

       C'est d'abord ce paysage de rêve qui attira l'attention du Prophète, lequel était un amoureux de la nature, et qui le décida entre autre à acquérir cette propriété.   Aujourd'hui, le  Prophète n'est  plus, mais ce domaine regorgeant de merveilleux souvenirs dans la vie de l'homme de Dieu, reste ouvert aux visiteurs. Là, ils peuvent effectuer un voyage à la fois captivant et édifiant dans un monde où peu de gens ont jamais eu la grâce de pénétrer : le Surnaturel. Oui, toute la vie de cet Homme et Serviteur de Dieu n'a été que manifestations du Surnaturel, car Dieu l'avait choisi pour exprimer pleinement toute Sa puissance et Son amour à son peuple élu d'une part, et d'autre part, l'imminence et la certitude de  Ses jugements  sur un monde qui a outrepassé son jour de grâce. Les membres de la famille Branham sont disposés à accueillir tous ceux qui aimeraient visiter le Mémorial Branham.

 

     Quoique ce domaine n'ait aucune indication le désignant comme étant un musée, une bibliothèque, un lieu de pèlerinage, oubrdom1 un centre des affaires - parce qu'il n'est autre qu'une propriété familiale - le nombre des arrivants et des partants chaque jour que Dieu a créé, est au-delà de tout ce qu'on peut imaginer pour une résidence. On peut voir venir et repartir sans arrêt et à longueur de journées, des véhicules provenant de tous les horizons, du Nord au Sud, et de l'Est à l'Ouest des Etats-Unis, et même d'autres pays. Sa position privilégiée offre une merveilleuse vue tant des reliefs de la zone montagneuse de Catalina et des profonds canyons du Sabino au Nord, que de la partie Sud où continue de s'étendre la ville. Comme Frère Branham l'avait souhaité, ce site accueille tous ceux qui désirent se plonger dans les subjuguantes réalités de la vie et du ministère de cet humble instrument qu'il a plu à Dieu d'honorer, au milieu de ce siècle pervers et incrédule.

 

  brdom2    C'est après plusieurs mois de recherche que Frère et Sœur Branham finirent par décider de prendre cette villa de trois chambres à coucher, aux briques rosâtres. Dans ce patelin connu sous le nom de "Vista de las Candelas", ce qui signifie "Vue des Chandeliers", la propriété acquise par Frère Branham au prix de 40 000 dollars, se situe au sommet d'un tertre, et au bout d'un cul-de-sac. Frère Branham estimait que sa famille allait pouvoir trouver un refuge tranquille en ce lieu.

 

 Il ne manquait plus qu'un cabinet de travail. Ce n'est pas l'espace qui faisait défaut, et le Prophète avait certainement déjà une idée de comment il allait être placé. Il le voulait face aux montagnes, de manière à pouvoir avoir une vue nette des canyons de Catalina depuis le fauteuil de son bureau. Ce n'était certainement pas gratuit.

 

 Il a fallu plusieurs mois de travail pour construire le cabinet de travail et terminer les finitions de la maison. Une fois les travaux  achevés,brmemtroph2 c'était un spectacle ahurissant, un endroit pittoresque. La dalle du plancher, la cheminée aux pierres état nature, et les murs peints à la main se conjuguèrent ensemble pour offrir un arrière-fond aux trophées de chasse qui devaient y être placés. Et depuis l'alcôve qui allait lui servir de bureau, Frère Branham pouvait observer la face non changeante des montagnes qu'il aimait tant. Il en avait certainement la vision dans sa pensée depuis une quarantaine d'années, quand il écrivit, encore adolescent, avec une grande soif dans son cœur, ce poème sur un morceau de papier qu'il avait emprunté.............

 

Je m'ennuie, oh! Je m'ennuie

                     De ce lointain sud-ouest,

Où les ombres tombent au plus bas

Derrière la montagneuse crête.

Je vois un coyote aux aguets.

Tout autour, la brume mauve.

J'entends hurler un loup gris

Dans le pâturage des bœufs.

Quelque part dans un canyon,

J'entends gémir un puma

Dans les lointains monts Catalina,

Au bord de l'Arizona.

 

brmemtroph1

     Pendant la construction du cabinet, en 1965, Frère Branham avait confié à de proches amis, au sujet de sa maison de Tucson : "Ce lieu n'est pas POUR moi ; un de ces jours, ce sera le Mémorial de mon Ministère." Il était visible que le Prophète entendait faire de ce cabinet le point de mire du Mémorial.

 

      Ce cabinet était si précieux aux yeux de Frère Branham qu'il prit soin de placer lui-même sur le mur tous les trophées de chasse qui avaient précédemment été transportés de Jeffersonville à la maison de Tucson. La raison en est que ces trophées ainsi positionnés ne représentait pas seulement des souvenirs de chasse pour Frère Branham, mais chacun d'eux était un témoignage de la grâce et de la bonté de Dieu envers lui, mais aussi, pour certains, la victoire d'un Ainsi Dit Le Seigneur sur l'incrédulité des gens, quand, par une vision, le prophète annonçait à l'avance tel ou tel animal qu'il allait abattre. 

 

     Ce fut le cas du Caribou et de l'Ours. Quant au Cerf, surnommé par le Prophète "Big Jim", il réussit à en relever le défi après quinze ans, dans le désert. Le Lion de la montagne, lui, ralluma les rêves de sa jeunesse.

*   *   *   *   *

     Lorque tout fut terminé au début du mois de Décembre 1965, qu'il avait fini de placer chaque trophée à l'endroit qu'il le voulait, Frère Branham admira la beauté de sa maison et du cabinet de travail, et il dit: "Ceci n'est pas POUR moi, c'est pour ma famille." L'on ne saurait dire s'il pensait à ses maints déplacements - étant donné qu'il était si peu à la maison - ou à son très prochain départ de la terre...

 

brmemours

     Alors que la famille Branham projetait d'emménager dans leur nouvelle maison, une fois revenus des vacances qu'ils devaient passer à Jeffersonville, la tragédie se produisit. Le 18 Décembre 1965, sur leur chemin de retour à Tucson, la voiture de Frère Branham fut victime d'un accident de circulation. Ce soir-là, sur la route express près de Friona, Texas, le véhicule qui les ramenait entra en collision avec un autre, conduit par un jeune homme ivre d'alcool. Avec Frère Branham, il y avait dans la voiture Sœur Meda Mary Branham et Sarah, leur fille de quatorze ans. Ils furent tous grièvement blessés, mais Dieu avait écouté la prière de Son Serviteur une fois de plus, alors que Sœur Meda était sur le point de mourir. Frère Branham avait murmuré une petite requête au Seigneur : "Seigneur, je te prie, ne laisse pas 'maman' mourir."

     La veille de Noël, seulement six jours après le terrible et tragique accident,  le Seigneur rappelait à Lui son Serviteur et Prophète, comme par un "Char De Feu". Ses paroles se révélèrent prophétiques, quand il disait: "Ce lieu n'est pas POUR moi, mais pour ma famille." 

     Ces autres paroles du Prophète aussi se sont accomplies, quand il disait qu'un de ces jours, ce lieu sera un Mémorial à son Ministère. Oui, le cabinet de travail du Prophète est devenu un petit Mémorial, où des milliers d'hommes, de femmes et d'enfants viennent, régulièrement, soit pour rappeler à leur souvenir les différentes péripéties ayant émaillé la vie d'un homme envoyé de Dieu, soit alors pour se ressourcer et rechercher  une  nouvelle force et une fraîche onction pour l'œuvre du ministère, en voyant les traces, sur le sable du temps, d'un Prophète de la Pure et Pleine Parole, qui a marqué sa génération par la puissance du Dieu Vivant.

     Depuis 1981, après le décès de Sœur Branham, Geoge et Rebekah Smith (la première fille de Frère Branham), et leurs enfants occupent la maison de Tucson. Et le cabinet dans lequel Frère Branham avait tant investi, est devenu un petit Mémorial du Prophète, qui était un homme du désert, comme Elie le Tishbite, ou Jean le baptiseur.

      Dans le livre du Prophète Amos, chapitre 3, et les versets 7 et 8, il est écrit : brmemlion

      "Car le Seigneur l'Éternel ne fait rien sans avoir révélé son secret à ses serviteurs les prophètes. Le lion rugit : qui ne serait effrayé? Le Seigneur l'Éternel parle: qui ne prophétiserait?"

 Alors que nous repassons ces choses dans notre esprit, il nous revient ces paroles du poète

C'est par la foi que voyant l'invisible,

Ils se sont levés à l'appel du Seigneur;

Rien avec Lui ne semblait impossible

Tant Sa promesse enflammait leur ardeur.

 C'est par la foi qu'ils fuyaient l'esclavage,

Qu'ils passaient la mer, qu'ils étaient valeureux;

Grâce au Seigneur, se frayant un passage

Vers la Cité préparée pour eux.

 C'est par la foi que dans l'ignominie,

Ils ont enduré les épreuves sans fin,

Sans obtenir ici-bas de Patrie,

Mais saluant le triomphe lointain.

 Foi des héros! Qui combat sous ce signe

Suit leur saint exemple, et partage leur sort,

Eux dont le monde ne fut jamais digne,

Eux, les témoins qui nous parlent encore.

 Brûle en nos âmes, flamme sacrée!

Et nous suivrons les témoins d'autrefois;

Environnés de la "Grande Nuée",

 Les regards sur Jésus, Chef de la foi.

2011 Le mémorial de William Branham (2).
Powered by Joomla 1.7 Templates