Naissance de Joseph B.

 "Tu lui donneras le nom de  Joseph"josbr

 Alors que le Prophète de Dieu était en méditation, étudiant la vie de Joseph dans la Bible, l'Ange du Seigneur lui parla. Frère Branham avait une grande considération pour Joseph, en voyant sa vie et son type. Il remerciait le Seigneur pour un "homme comme Jospeh", quand le Seigneur lui envoya un message direct : "Tu auras un fils de ta femme Meda, et tu lui donneras le nom de Joseph".

     Le Prophète ne douta pas un seul instant de ces Paroles qu'il savaient venir de Dieu Lui-même.Cependant, il devait passer par des temps d'épreuve et de moquerie, de la part d'hommes incrédules et des critiques, comme père Abraham dans la Bible.

 

     Nous Laisserons Frère Branham lui-même expliquer comment l'Ange du Seigneur lui avait transmis cette promesse, et ce qui arriva avant son accomplissement.

     Un jour que j'étais dans ma chambre d'hôtel, je lisais ce passage, et je me mis à pleurer. Je dis: "O Dieu, je voudrais Te remercier de ce que Tu as suscité un homme comme Joseph! Un homme qui vécut sur cette terre dans une chair semblable à la mienne, et qui pouvait croire en Toi et prendre Ta Parole à la lettre. Ses frères le haïssaient. Mais lui ne pouvait s'empêcher d'être spirituel. Il avait des visions; il pouvait interpréter les songes. Et tous le haïssaient à cause de cela. Mais, il ne pouvait pas faire autrement, parce qu'il était comme cela."

     Vous voyez, il était différent des autres. Ils auraient dû l'aimer, mais au lieu de cela... Quelquefois, il devait leur dire des choses qui étaient contre eux. ils disaient : "Oh, voilà encore notre rêveur qui vient!" Vous voyez? Ils le haïssaient sans cause.

     Je me demandai: "Pourquoi le haïssaient-ils comme cela?" Mais lui ne se laissa jamais ébranler: il resta où il devait être. Vous comprenez ? Je dis alors: "Merci, ô Seigneur!" Merci, ô mon Dieu, de ce qu'il y ait eu un tel homme!"

     A cet instant même, le Saint-Esprit Se manifesta et me dit: "Tu auras un fils, et tu lui donneras le nom de Joseph." Alors, je me levai de là, et remerciai le Seigneur.

     Becky, qui est assise ici dans la salle, avait environ une année, à ce moment-là. Elle avait été mise au monde par césarienne. C'est toujours comme cela dans la famille de ma femme. Cela vient de ce que les os sont soudés comme ceux d'un homme. Et le docteur m'avait dit: "Frère Branham, vous ne devriez plus avoir d'enfant de cette femme! Sa matrice est mince comme une baudruche. Vous devriez me laisser lui ligaturer les trompes."

     Mais je lui dis: "Non, docteur; je ne voudrais pas que vous fassiez cela."

     Il me dit: "C'est comme vous voudrez, mais elle ne devrait plus avoir d'enfant, parce qu'elle en mourrait. Cela a déjà été très difficile, et elle a juste pu s'en sortir cette fois!"

     Et voilà que le Seigneur me dit que j'allais avoir encore un enfant, un fils, et que son nom serait Joseph! Mais je n'eus pas peur de cela! Vous vous rappelez sûrement tous de ces choses.

     Je l'annonçai : "J'aurai un fils, et son nom sera Joseph!"  Combien s'en souviennent-ils? Bien sûr, tout le monde s'en souvient, dans le pays tout entier, parce que j'avais dit partout: "J'aurai un fils, et son nom sera Joseph!"

C'est comme ce petit garçon, là-bas en Finlande, qui était mort, et qui fut ressusité. Le frère Jack était là lorsque cela arriva. Je vous en avais parlé deux ou trois ans avant que cela n'arrive. Je vous avait dit comment il serait habillé, et comment il serait étendu sur le sol. C'était Dieu qui me l'avait dit.

"Comment cela se passera-t-il?"

- "Je n'en sais rien! Mais il m'a été révélé que cela arriverait!"

  Ceci m'a été révélé: "J'irais en Arizona, et là, Sept Anges viendraient à ma rencontre. Et ils me donneraient un Message à prêcher." C'étaient les Sept Sceaux. Et cela est arrivé. Combien se souviennent de me l'avoir entendu dire? Les enregistrements le prouvent. Et cela est arrivé! Les journaux et autres ont publié la photo! Cette Lumière dans les airs, ils ne comprennent pas ce que cela signifie! Et pourtant, cela est arrivé!

  Maintenant, rappelez-vous que quatre ans plus tard, ma femme et moi savions que nous aurions un enfant. Tous demandèrent : "Est-ce que ce sera le petit Joseph?"

  Je répondis: "Je le suppose, mais je n'en sais rien. Mais je sais que j'aurai un petit Joseph!"

  Lorsque l'enfant fut né, c'était la petite Sara! Alors un homme se moqua de moi, disant: "Je pense que vous vouliez dire Joséphine!" (Cet homme est mort, maintenant.)

  Mais je lui répondis : "Monsieur, j'ai dit que Dieu m'a dit que j'aurais un fils, et que je lui donnerais le nom de Joseph."

   Il y avait là trois personnes qui avaient quitté une certaine église dénominationnelle pour venir dans notre église, et qui m'avaient entendu dire cela. Lorsque Sara fut née, ils dirent: "C'est un faux prophète."

  Mais je dis : "Un instant, madame! Je n'ai jamais dit quand, et Dieu n'a jamais dit quand j'aurais un fils. Il a simplement dit: tu auras ... Il avait dit à Abraham qu'il aurait un fils, Isaac, mais auparavant, il y eut Ismaël, et cela n'ôta en rien à la valeur de la prophétie." Je répétai: "Dieu a dit que j'aurais un garçon, et que nous l'appellerions Joseph."

  Le médecin vint, et me dit: "Monsieur le pasteur, je vais ligaturer ces trompes..."

  Mais je lui dis: "N'en faites rien!"

   Il me répondit: "Alors, vous pourriez bien devoir vous marier encore une fois, si vous voulez avoir cet enfant!"

  Mais je lui dis: "C'est avec elle que j'aurai cet enfant! C'est Dieu qui l'a dit:" Je ne pouvais pas le lire dans la Bible, mais cela était écrit dans mon coeur, par révélation, par la foi. C'est Dieu qui l'avait dit! Je ne voulais pas trébucher sur la promesse de Dieu par mon incrédulité!

  Quelques-uns dirent : "Vous voulez dire Joséphine!"

- "Non, je veux bien dire : Joseph."

 "Mais le médecin a dit qu'elle ne peut plus avoir d'autre enfant!"

- "Mais moi, je vous dis qu'elle aura encore un autre enfant!"

  Quatre années passèrent, puis ma femme fut de nouveau enceinte.

  Alors une femme, dans une fausse prophétie qu'elle m'envoya de l'autre extrémité du pays, m'écrivit : "Maintenant, Meda va mourir, parce que j'ai été envoyée pour conduire Bill." Et cette prophétie disait: "Il ne m'écoutera pas, parce que je suis une femme; mais Dieu prendra Sa revanche en faisant mourir sa femme."

  Je répondis: "Dieu a envoyé Jésus-christ pour me conduire; et je suis conduit par l'Esprit!"

  Pauvre petite Meda! Nous avions une infirmière qui avait été guérie dans une réunion; vous la connaissez tous, c'est Mme Morgan (elle avait été infirmière dans une clinique Mayo). C'étai un cas très difficile. Sa fiche de maladie à l'hôpital baptiste de Louisville, portait : 'Mourante du cancer.' Il y a vingt ans, et maintenant, elle travaille à l'hôpital de Jeffersonville, parce que Dieu, Lui, avait décrété : "Elle vivra!"

  Meda l'aimait beaucoup, et elle m'avait demandé : "Bill, j'aimerais bien que Margie vienne à la maison, parce que cela m'ennuie d'aller à la maternité."

  Je lui dis: "Ne fais pas ... nous aimons Margie, mais elle n'est pas notre Dieu, elle est notre soeur." Puis je partis pour Green's Mill. Bien sûr, j'aime ma femme, et cela me faisait de la peine, mais je montai à Green's Mill.

  Elle me demanda: "Bill, penses-tu que je vais mourir?"

  Je lui dis: "Je n'en sais rien, mais je sais que cet enfant va naître de toute façon. Tu mettras au monde un petit Joseph."

  Elle me demanda encore: "Est-ce que c'est lui?"

  Je lui répondis: "Je n'en sais rien, ma chérie. Je ne saurais le dire, mais Dieu a dit que nous aurons un petit Joseph, et nous aurons un petit Joseph! Peu m'importe ce que pourront dire les gens, nous aurons un petit Joseph. Le Dieu qui m'a dit cela est le même que Celui qui m'a donné toutes ces révélations. Comme Il ne S'est jamais trompé sur aucune d'elles, Il ne Se trompera pas non plus sur celle-là."

   Je montai vers Green's Mill pour prier. Je commençais, lorsque je vis la Lumière Se tenir entre deux arbres, et une voix me dit : "Retourne à ton travail, et à ton livre." Je redescendis...

  J'avais laissé ma Bible ouverte dans ma voiture. Lorsque je revins, le vent avait soufflé les pages jusqu'à l'endroit où Dieu parle à Nathan, et lui dit: "Maintenant, tu diras à mon serviteur David: Ainsi parle l'Éternel des armées: Je t'ai pris au pâturage, derrière les brebis, pour que tu fusses chef sur mon peuple, sur Israël; j'ai été avec toi partout où tu as marché, j'ai exterminé tous les ennemis devant toi, et j'ai rendu ton nom grand comme le nom des grands qui sont sur la terre..." Il ne lui a pas donné le plus grand nom, mais un nom comme celui des grands. Il n'en a pas fait un Billy Graham... Il lui a donné un nom, vous comprenez. Il dit: "J'ai fait tout cela pour lui, mais pour ce qui est de la construction du temple, c'est son fils..." Au moment où j'arrivai à : "... son fils ...", voilà, j'avais compris!

  Je dis : "Joseph?" C'était bien cela!

  Je redescendis immédiatement à la maison. Elle était là, l'enfant déjà gros en elle; elle n'aurait guère pu marcher dans les champs. Je la serrai dans mes bras, et dis: Chérie! C'est Joseph qui vient!"

  Chacun sait que, dans le cas d'une césarienne, le bébé ne doit pas descendre. Cette nuit-là, le bébé descendit... La poche des eaux se rompit, et tout.

  Le lendemain, à sept heures, nous nous rendîmes à la maternité. Le médecin s'exclama: "Oh, mon Dieu!"

  J'embrassai ma femme, en lui disant: "Chérie, ce ne sera pas long, Jospeh sera bientôt là!" Elle prit l'escalier, et monta directement à la salle d'opération.

  Quelques minutes plus tard, l'infirmière redescendit, et me dit: "Pasteur Branham?"

- "Oui, c'est moi."

 "Vous avez un fils, un beau bébé de trois kilos et demi!"

Je dis alors: "Joseph, mon fils, sois le bienvenu." Parfaitement! Pourquoi cela s'était-il passé? Il n'était pas écrit dans la bible que cela arriverait, mais nous fîmes comme Abraham, qui ne considéra pas qu'ils n'étaient plus en âge d'avoir des enfants, car le Dieu qui nous parle est le même Dieu qui parla à Abraham. Vous ne devez pas douter de la promesse de Dieu, par votre incrédulité, mais au contraire, donner gloire à Dieu, sachant que cela arrivera! Peu importe ce que dit le médecin, ou que les circonstances soient ce qu'elles sont, n'y croyez pas, car c'est un mensonge du diable. C'est vrai! La foi avance de concert avec les oeuvres de manière à réaliser la promesse.

(Tiré du Message "Les Oeuvres Son L'Expression De La Foi" - Shreveport, LA., le 26 Novembre 1965)

 

   Comme Abraham qui fut ferme dans la foi, et qui donna gloire à Dieu en s'accrochant à Sa promesse quand il n'y avait rien à espérer, comme Moïse qui marchait comme voyant l'invisible, comme les trois enfants Hébreux qui allaient au feu, mais savait que leur Dieu était plus que capable de tenir Sa Parole, Frère Branham ne douta pas par incrédulité, et, le 19 Mai 1955, il reçut, en confirmation à la promesse que le Seigneur lui avait donnée, le petit Joseph qu'il avait attendu pendant quatre années.

 

  Frère Branham n'eut cependant pas à vivre longtemps avec son fils Joseph, car, dix ans après la naissance de celui-ci, William Branham fut appelé par le Seigneur à rentrer à la maison, afin de se reposer comme tous les grands prophètes après leurs fidèles services.

2011 Naissance de Joseph B..
Powered by Joomla 1.7 Templates