Les trois Pulls de William Branham

brsuns1

La mission principale de l'Elie des Nations était de ramener les coeurs des enfants de la dernière génération, celle du Temps de la fin, à la foi originelle de nos pères apostoliques.

     Or, le grand apôtre Paul dit clairement dans son Épître aux Romains, chapitre 10, et le verset 17 : "La foi vient de ce qu'on entend, et de ce qu'on entend de la Parole de Christ."

      La mission principale de l'Elie des Nations était de ramener les coeurs des enfants de la dernière génération, celle du Temps de la fin, à la foi originelle de nos pères apostoliques. Or, le grand apôtre Paul dit clairement dans son Épître aux Romains, chapitre 10, et le verset 17 : "La foi vient de ce qu'on entend, et de ce qu'on entend de la Parole de Christ."

   Le retour du coeur des enfants ne pouvait donc s'effectuer que par un retour de la pure Parole prêchée par les apôtres de notre Seigneur Jésus-Christ. La doctrine apostolique devait être ramenée dans l'Église du Dieu vivant, afin que les yeux des enfants s'ouvrent, qu'ils reviennent à Dieu, et qu'ils reconnaissent leur position dans le Corps de Christ. Élie devait ainsi venir avec la révélation des mystères de Dieu consignés dans la Bible.

   Ces mystères sont de deux catégories : les mystères perdues, d'une part, c'est-à-dire ceux que les apôtres ont clairement enseignés en leur temps, mais qui, au fil des âges, ont été perdus par des dogmes, credos et interprétations humains. C'est en ôtant le voile dénominationnel de leur face qu'Élie réussirait à ramener leur coeur à l'original, car il est écrit : "Or nous tous, contemplant à face découverte la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur en Esprit."

   Et d'autre part, les mystère cachés, qui avaient été cachés dès les siècles et les générations, qui n'avaient encore jamais été révélés aux fils des hommes, mais qui étaient scellés dans le Livre, dans la Bible. C'est parmi ces mystères que se compte le Mystère des Trois Pulls, et surtout Celui du Troisième Pull, Qui n'a été révélé qu'en ce Temps de la fin.

   En lisant l'histoire de Moïse, homme de Dieu, dans l'Ancien Testament, nous nous rendons compte qu'il avait reçu de Dieu deux signes pour libérer les enfants d'Israël de l'esclavage où ils croupissaient depuis plus de quatre cents ans. L'un de ces deux signes était à la main, ayant pour caractéristique la manifestation d'une maladie physique. Le deuxième, quant à lui, avait trait avec le serpent, le péché caché à l'intérieur de l'homme.

   C'est ainsi que William Branham aussi avait reçu de l'Ange du Seigneur deux signes, en 1946, pour la délivrance du peuple de Dieu, tant spirituellement que physiquement.

   Dans les lignes qui vont suivre, nous laisserons le Prophète lui-même nous parler de ces Trois Pulls.

 

Introduction

     Le ministère de Jésus consistait en trois Pulls. Le saviez-vous ? Remarquez ceci. Pendant quelques minutes, soyez sincères comme vous ne l’avez encore jamais été dans votre vie. Son premier Pull fut la guérison des malades. Cela Lui acquit une grande popularité. Il semblait que tous croyaient en Lui, n’est-ce pas ? Quand Il guérissait les malades, tout le monde Le voulait dans son église ; mais un jour Il fit demi-tour et se mit à prophétiser, car Il était la Parole. Il était le prophète dont Moïse avait parlé.

      Quand Il commença à leur dire comment ils vivaient et les choses qu’ils faisaient, Il devint fort impopulaire. Ce fut Son deuxième Pull. Je me demande si nous ne sommes pas revenus exactement au même type ? Pensons-y un instant. Cela se pourrait-il ? Premier Pull, tous sont guéris. Le deuxième… ‘‘Oh, cela pourrait être les Jésus seul… cela pourrait être Béelzébul, cela pourrait être…’’ C’est pareil à ce qu’ils ont fait alors.

     Les mêmes esprits habitent la même sorte de gens, des gens condamnés qui ne pourront jamais être sauvés parce qu’ils étaient condamnés avant… Comme Judas Iscariot, né fils de la perdition. Vous direz : ‘‘Judas ?’’

     Certainement ! Rappelez-vous qu’il était très religieux. Mais il ne put suivre le message jusqu’au bout. Il put en prendre une partie, mais le reste il ne put l’avaler. Ils purent accepter la guérison et des choses semblables, mais quand Dieu commence à appeler des écureuils à la vie, c’est trop profond pour eux. ‘‘Ce n’est pas possible !’’ Tel était Judas. Son esprit pouvait s’élever jusqu’à ce point-là, mais il ne pouvait pas aller au-delà.

     Ils purent très bien accepter Moïse quand il ouvrit la mer Rouge et fit d’autres choses de ce genre, mais quand Il en vint à leur dire qu’ils ne devaient pas faire ceci ou cela, ils dirent : ‘‘Il se fait Dieu au-dessus de nous !’’ Koré et les autres ne purent supporter cela ; c’est pourquoi ils durent faire une organisation. Alors, Dieu les engloutit.

     Jésus, quand Il guérissait les malades, était si merveilleux ! ‘‘Ce jeune prophète de Galilée rend la vue aux aveugles. Il a même ressuscité des morts ! Nous avons vu trois cas ! Il a véritablement ressuscité des morts !’’ Mais un jour Il fit demi-tour. Il dit : ‘‘Race de vipères, vous nettoyez l’extérieur de la coupe. Vous êtes saints en apparence mais l’intérieur n’est qu’un nid de serpents.’’

     Oh, quand cette prophétie fut donnée, condamnant ces organisations, cela changea tout ! Ils se tournèrent contre Lui. C’est vrai. Et finalement, parce qu’ils L’avaient rejeté, ils Le crucifièrent. Mais vous ne pouvez pas tuer le ministère : il continue à vivre. Vous pouvez réduire le messager au silence mais pas le Message. C’est vrai. Il continue à vivre.

     Remarquez quand vint le troisième Pull de Son ministère. Le Premier Pull était la guérison des malades. Le Deuxième Pull fut de condamner leurs organisations et de prophétiser en disant ce qu’elles avaient fait, ce qu’elles étaient et ce qui allait arriver, ce qui était, ce qui est et ce qui viendra. C’est ce que Jésus a fait, n’est-ce pas ? Mais Son Troisième Pull fut de prêcher aux âmes perdues qui ne pouvaient plus être sauvées. Elles étaient là en bas avec leurs gros yeux peints. Il prêcha aux âmes dans les abîmes de ténèbres qui n’avaient pas accepté la grâce et étaient éternellement séparées de la Présence de Dieu. Cependant il fallait que ces âmes reconnaissent qui Il était parce que c’est Dieu qui L’avait fait ainsi. Je me demande si Son ministère continue de la même manière dans les derniers jours car Il a dit : ‘‘Comme le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie. Les œuvres que je fais, vous les ferez aussi.’’

     Les perdus ! Ils ne pouvaient plus jamais être sauvés ! Ils avaient rejeté la grâce. Ce fut Son troisième Pull. Y a-t-il une question à ce sujet ? Son premier Pull fut la guérison des malades ; son deuxième ministère fut la prophétie. Son troisième ministère fut la prédication aux âmes perdues pour l’éternité. Les trois montagnes, etc. Les âmes perdues pour l’éternité.

     Le ministère de Noé… Tous les ministères ont agit pareillement. Noé prêcha. C’est l’exacte vérité. Il entra dans l’arche et quand il y entra il y eut sept jours pendant lesquels il ne se passa rien. Son témoignage fut une prédication aux condamnés, à Sodome et à Gomorrhe. Jésus a fait allusion à ces deux villes lorsqu’Il dit : ‘‘Avant la venue du Fils de l’homme il en sera comme aux jours de Noé, il en sera comme aux jours de Sodome.’’

     Il fit allusion à Noé. Noé eut trois Pulls et son troisième fut pour les perdus après que la porte eut été fermée. Car Dieu le plaça là où personne ne pouvait plus entrer ni sortir. Ils étaient à l’intérieur. Il installa l’arche sur la septième montagne, la plus haute. N’est-ce pas ?

       Aux jours de Sodome, le premier Pull fut Lot le juste. La Bible dit : ‘‘Les péchés de Sodome tourmentaient journellement son âme.’’ C’étaient les actions de ces femmes. Souvenez-vous-en : ‘‘Comme il en était aux jours de Noé…’’ Que faisaient-ils ? Ils mangeaient, buvaient, se mariaient, donnaient en mariage. Des femmes, vous voyez, toujours des femmes ! Que se passa-t-il à Sodome ? Il y avait des femmes, et le premier messager fut Lot. Mais elles se moquèrent de lui.

     Alors Dieu leur envoya un autre messager, deux messagers qui descendirent vers la ville (c’était son deuxième Pull pour Sodome), mais considérez celui qui vint en dernier. Il y avait de plus en plus de grâce, mais à ce moment-là tout était terminé. Le troisième Messager qui descendit… Ce troisième Pull… Qui était ce Messager ? Quel genre de ministère avait-Il ? Il s’assit avec les élus et leur dit ce qui était en train de se passer derrière Lui. N’est-ce pas vrai ? Mais quand il entra à Babylone, ou plutôt à Sodome, il aurait voulu trouver… Même Abraham cria : ‘‘S’il se trouve cinquante justes !’’ Il descendit jusqu’à dix. Dieu lui dit : ‘‘Oui, si tu en trouves dix.’’

     Laissez-moi vous dire quelque chose, sœur, juste un instant. Vous êtes peut-être démodée, mais vous avez quelque chose que ces reines du sexe n’ont pas. Vous avez quelque chose qu’elles ne pourront jamais avoir. Vous êtes peut-être à l’ancienne mode dans votre manière de vous vêtir et vous êtes vêtue comme une femme distinguée, une ‘‘lady’’. Elles peuvent bien dire : ‘‘Regardez-moi donc cette vieille fanatique !’’ Mais ne vous en faites pas ! Vous avez quelque chose que n’ont pas ces petites reines du sexe que le monde entier regarde. Elles ne l’auront jamais ! Elles sont perdues pour l’éternité. Elles sont condamnées. Vous comprenez ?

     Vous avez de la morale, vous avez de la vertu. Elles n’ont rien. Elles n’ont qu’un appât qui fait tomber les âmes perdues dans le piège de la géhenne. Les aveugles y tombent. Mais vous, vous avez autre chose. Vous pouvez ne pas être inscrite sur le registre d’une église, mais c’est peut-être votre vie juste qui retient la colère de Dieu de tomber aujourd’hui sur le monde. Mais le monde ne croit pas cela. Vous, femmes que l’on traite de fanatiques, vous, pauvres hommes qui ne connaissez pratiquement rien, mais qui criez à Dieu jour et nuit pour les péchés du pays, vous êtes peut-être ceux-là mêmes qui retiennent la colère de Dieu ! ‘‘Si je peux en trouver dix, j’épargnerai la ville !’’ Si j’en trouve dix !

     ‘‘Comme il en était aux jours de Sodome, ainsi en sera-t-il.’’ Comprenez-vous ce que je veux dire ? Non pas : ‘‘Si je trouve dix Méthodistes ; si je trouve dix Baptistes ; si je trouve dix Pentecôtistes ; si je trouve dix athlètes ; si je trouve dix sénateurs ; si je trouve dix pasteurs’’ mais : ‘‘Si je trouve dix justes.’’

     Il n’y a qu’un Juste, c’est Christ. Christ vivant dans ces dix. ‘‘Je les épargnerai.’’ Mais ce dernier Messager prêcha aux condamnés. Il descendit là. L’Ecriture ne dit pas ce qui se passa, mais le feu tomba le lendemain matin. C’est vrai ! Après avoir accompli ces signes, immédiatement après avoir rempli Son ministère de prophétie : ‘‘Pourquoi Sara a-t-elle ri ?’’ Elle dit : ‘‘Je n’ai pas ri.’’ Il lui répliqua : ‘‘Oui, tu as ri.’’

     Immédiatement après Il entra à Babylone, ou plutôt à Sodome. Il ne trouva pas ces dix justes, c’est pourquoi le feu tomba. Il trouva Lot et ses deux filles qu’il fallait faire sortir immédiatement. Ils sortirent. Puis le Seigneur descendit là. Rappelez-vous qu’Il était en chemin pour descendre là. Il avait envoyé Ses messagers devant Lui, mais Il descendit Lui-même pour voir si les choses étaient réellement ainsi. Et Il trouva la ville pleine de quoi ? De femmes au visage peint ! Le message fut apporté aux condamnés.

     Que firent-ils ? Ils s’en moquèrent. Que font-ils de nos jours ? La même chose : ‘‘J’appartiens aux Assemblées ! J’appartiens aux Unitaires ! J’ai dansé dans l’Esprit ! Gloire à Dieu, j’ai parlé en langues !’’ Continuez seulement ! ‘‘Je me couperai les cheveux si je le veux ! Je ferai ceci ; je dirai cela ! Je n’ai pas besoin d’être baptisée au Nom de Jésus ! Ce qu’ils disent m’est bien égal ! Paul n’est de toute façon qu’un vieux misogyne !’’ Très bien ! Continuez !

     Un de ces jours, si ce n’est pas déjà fait, vous franchirez la limite ! Vous n’aurez plus jamais le désir de faire ce qui est juste. Avez-vous entendu ce que j’ai dit ? Frère, sœur, vous rendez-vous compte de ce qui a été dit ? Vous franchirez cette limite et vous n’aurez plus jamais le désir de faire ce qui est juste. Vous continuerez à entendre l’Evangile, c’est certain, mais vous ne L’accepterez plus jamais. Vous ne pourrez pas l’accepter. Malgré tout, l’Evangile sera prêché aux condamnés, à ceux qui sont perdus pour l’éternité, qui ne peuvent plus être sauvés. Vous en êtes déjà à ce point, mais vous ne le savez pas ! Vous pensez pouvoir être dans les plaisirs et vous êtes morts, quoique vivants !

     Écoutez ceci. Tous ceux qui ont rejeté le messager de l’heure avant le jugement… L’Evangile a été prêché aux condamnés premièrement, avant qu’ils s’en aillent privés de la grâce.

     Lorsque Noé fut enfermé, ce fut un témoignage. Dieu ferma la porte après son troisième Pull. Après le troisième Pull de Sodome, les portes furent fermées. Il n’y eut plus de grâce. Il ne se trouva pas dix justes. Et les perdus qui ne pouvaient être sauvés entendirent prêcher l’Evangile. Cela a été pareil dans chaque âge. Chaque âge a rejeté le messager avant le jugement.

     O notre Dieu, combien nous Te remercions pour ceux qui sont sauvés ! Quelle grande bénédiction pour nos cœurs d’être à l’intérieur maintenant, sous le Sang, tandis que le dernier ange parcourt ce pays, retranchant ceux qui ne sont pas sous le Sang : ils mourront sans la grâce !

      Ce fut le dernier Pull de Moïse. Le premier fut pour lui d’être un jeune homme qui parlait à Israël. Le deuxième fut quand il descendit afin de les délivrer;  le troisième fut son dernier message. Des miracles avaient été faits. Moïse était en route pour la Terre Promise avec les rachetés. O Dieu, fais-nous grâce, je t’en prie, au Nom de Jésus !   ["Les Âmes Qui Sont En Prison, Maintenant"  -  Jeff. IN., 10 Novembre 1964].

2011 Les trois Pulls de William Branham.
Powered by Joomla 1.7 Templates