Toutes choses sont possibles

ttchposs

TOUTES CHOSES SONT POSSIBLES

=============

 

"La guérison et les réveils charismatiques de l'Amérique moderne

Par :David Edwin Harrell, Jr.

Indiana University Press  -  Bloomington and London

 (Extraits de "ALL THINGS ARE POSSIBLE", traduits de l'anglais par le Pasteur Jean-Paul Yoko à Belle Junior)

"Mais William Branham devint un prophète pour une génération" 

  Le livre du Professeur Harrell  contient une abondance d'informations, fournissant un rapport très impartial de ce qui se passait dans les rangs de la Guérison et des Réveils Charismatiques de l'Amérique Moderne. J'encourage les lecteurs intéressés de consulter leurs librairies locales pour en avoir un copie. Il est encore sous presse et disponible auprès de l'Indiana University Press.      

  A la "Préface" de ce livre, le Professeur Harrell déclare...

     "IL N'A PAS ÉTÉ FACILE D'ÊTRE OBJECTIF au sujet de la guérison et des mouvements religieux charismatiques. Le revivalisme de la guérison provoque la caricature, mais ce livre est basé sur la croyance que le mouvement est trop important pour être manoeuvré avec insouciance ou désinvolture... Dans mon effort à éviter un encombrement inutile du manuscrit, je n'ai pas utilisé des étiquettes comme "prétendument" et "probablement", en rapportant l'histoire de la guérison et autres miracles tels qu'ils ont été vus par les yeux des croyants. Personne ne devraient comprendre ceci comme étant un endossement des témoignages... Comme il est vrai que je ne partage pas les présuppositions des revivalistes charismatiques, mais dans mes multiples conversations avec eux, j'ai insisté que mes vues religieuses, si j'effectue proprement mon travail, n'entrent aucunement dans le rapport que je fais de l'histoire."

   Le Professeur Harrell mérite des compliments pour son expertise littéraire. Son rapport des faits et actions des Revivalistes et du Réveil est 'rafraîchissant' dans son style honnête et droit-au-but. Pour quelqu'un qui "ne partage pas les présuppositions des Revivalistes charismatiques" sur lesquels il écrits, le Professeur Harrell a produit un exposé chef-d'oeuvre. Il n'y a absolument aucune insinuation de parti pris ou préjudice parfois rencontrés dans les rapports écrits par les participants ou des religieux ouvertement opposés du Réveil.

   Dans ce livre, dans 'La Première Partie - La Prière Des Malades', le Professeur Harrell déclare...

"Le Salut hors du péché était prêché, mais, quelle que fut l'intention des évangélistes, il n'était jamais le thème central de leurs réunions. Tous les dons du Saint-Esprit, le parler en langues et la prophétie inclus, et toutes les expressions de joie qui sont si courants dans l'adoration pentecôtiste étaient présents dans les premiers réveils, mais ils n'étaient pas le thème central. Le battement de coeur, commun à chaque service, était le miracle - le moment hypnotique, quand l'Esprit se mouvait pour guérir les malades et ressusciter les morts."

    Durant la première partie du Réveil, l'emphase dans le ministère de William Branham était aussi sur "Les Signes et les Prodiges" - la guérison des malades et la résurrection des morts. Mais selon Frère Branham, Dieu faisait ceci pour attirer l'attention des gens pour un Message (la Révélation des Mystères de la Parole) qui suivrait ce Réveil. Éventuellement, William Branham a dit aux Revivalistes  qu'on avait mis trop d'accent sur la Guérison et pas assez sur le Salut. En 1961, l'Ange qui était apparu à William Branham à plusieurs reprises tout au long de sa vie, vint et lui dit que les gens "se reposaient sur les signes" et ne croyaient pas comme ils devraient. Par conséquent, c'était le résultat de l'emphase que la plupart des Évangélistes plaçaient sur "les signes et les miracles" depuis si longtemps.

    En référence à la consécration des Évangélistes, le Professeur Harrell a dit...

"La plupart étaient consacrés à un travail éreintant et passaient de longues heures épuisantes aux centres des plateformes de grandes tentes, priant, tapant des mains, criant, plaidant pour que  les paralytiques marchassent, commandant aux aveugles de voir, et s'agenouillant de façon dramatique au milieu de cris de "loué soit le Seigneur" et "Alléluia". C'était un genre de vie harassante, écrasante, et fatigante. William Branham était un homme brisé après un peu plus d'une année ; Jack Coe était physiquement exténué au moment de sa mort : A.A. Allen, quelque incroyable missionnaire qu'il fût, était tout le temps  à deux doigts d'un évanouissement psychologique ; La résistance de Oral Roberts devint une légende parmi ses pairs."

    Ces Évangélistes au dur labeur, consacrés, étaient des maillons dans un réveil que le monde religieux évangélique n'oublierait jamais et NE VERRAIT JAMAIS PLUS. Les souvenirs et les rapports rédigés de ce réveil créèrent une soif dans le coeur des hommes et des femmes pour un autre mouvement pareil à celui-là. Mais dans les paroles de William Branham, "Le monde des Gentils a vu son dernier Réveil mondial...... Je sais que vous l'attendez, mais le prochain est pour les Juifs". Le monde ne verrait plus jamais suscités des ministères aussi puissants, comme le Professeur Harrell a mentionné plus haut. Jamais plus, le monde évangélique "ne saisira plus le milieu uniforme et spontané des réunions de Réveil d'antan." Aujourd'hui, les campagnes évangéliques et les Évangélistes sont devenus plus stéréotypés, plus organisés, et plus professionnels. William Branham a appelé cela : "L'Évangélisation à la Hollywood - simplement émotionnels dans leur approche, ou désirant quelque chose de physique, plutôt que ce qui est vraiment spirituel", les poussant à 's'aligner à chaque Parole de Dieu'. - des programmes et des divertissements ont remplacé le mouvement spontané de l'Esprit Saint et de l'Adoration.

    La plupart des Évangélistes qui prirent part au Réveil des années '40, '50 et les premières années '60 étaient d'une autre classe. Ils étaient des hommes de 'Foi et non programmes' Ils étaient inspirés, non pas par Hollywood, mais par les ministères de ceux que Dieu a utilisés dès le début du vingtième siècle - Des hommes comme Alexander Dowie, Smith Wigglesworth, F. F. Bosworth et Charles Price. Par conséquent, Aimee Simple McPherson n'est pas sans reconnaissance pour le rôle qu'elle a joué. Le Professeur Harrel nous conduit le long du sentier  jusqu'au "grand réveil" du vingtième siècle, nous introduisant à ces Évangélistes qui pavèrent le chemin que devaient suivre les autres. Le dernier de ces Évangélistes étaient Charles Price - Il mourut en 1947, laissant un vide dans le ministère de la Guérison Divine.

    A la page 20 du livre du Professeur, nous lisons......

    "Pendant que l'ancienne génération faisaient frémir les souvenirs des ministères de miracles des années 1920, la jeune soupirait après une nouvelle pluie de miracles."

    Le besoin de l'heure était d'avoir des conducteurs. "La mort de Charles Prices et de Smith Wigglesworth en l'espace de quelques jours l'un de l'autre au début de 1947," écrivit Donald Gee en 1956, "enflamma certainement beaucoup de jeunes coeurs purs par un saint désir de prendre le flambeau de leur ministère et de le porter plus loin pour de nouvelles réalisations."La mort de ces Evangélistes pionniers, sans oublier celle de Aimee Semple McPherson, laissa un vide. Certains pentecôtistes de la vieille génération se demandaient si les jours du réveil étaient terminés. En effet, le plus grand réveil pentecôtiste, identifié par certains comme étant une partie de "la dernière pluie." prophétique étaient sur le point de commencer. Les pionniers du revivalisme de la guérison divine étaient partis, "mais presque simultanément avec leur mort, Dieu en suscita... beaucoup d'autres pour continuer une nouvelle vague de réveil qui atteignit presque chaque nation du monde libre."

2011 Toutes choses sont possibles.
Powered by Joomla 1.7 Templates