"La voie du transgresseur"

 

     Lorsque Frère Branham prophétisa sur l'inondation du Fleuve Ohio qui allait déborder son lit de 22 pieds, presque tous, ses collègues, ses connaissances, et même les gens qui venaient à son église à Jeffersonvile, se moquèrent de lui. Quelques six mois seulement cependant, ce qu'il avait vu en vision s'accomplit

       Ceci venait confirmer que ce qu'il avait annoncé était vrai et venait de Dieu, mais aussi, cette crue était venue comme une correction que Dieu infligeait à Son serviteur, afin de lui apprendre, une fois pour toutes, l'obéissance à tout ce que le Seigneur lui dirait à l'avenir. William Branham raconte sa douleur pendant cette période sombre de sa vie.

      Un peu plus tard, quelques années plus tard, on a eu des enfants. Et, un jour, nous... Il y a eu une inondation en 1937. Il y a eu une inondation. Et notre... À ce moment-là je patrouillais, et je faisais tout ce que je pouvais pour faire sortir les gens de l’inondation, les maisons s’écroulaient. Et ma propre épouse est tombée malade, et elle était très, très malade, d’une pneumonie. Et ils l’ont emmenée... L’hôpital habituel était tellement plein que nous n’avons pas pu l’envoyer là-bas; alors, nous l’avons emmenée à -- à l’édifice gouvernemental, ils avaient installé une salle là-bas. Et alors, après, ils m’ont encore appelé, pour que j’y retourne. J’ai toujours vécu sur la rivière et je suis très habile pour piloter un bateau, alors j’essayais de ramener les gens, de les sauver de l’inondation. Et alors, je... quelqu’un...

      Ils m’ont appelé, en disant: “Il y a une maison sur la rue Chestnut, qui est sur le point de s’effondrer. Il y a une mère et un paquet d’enfants à l’intérieur.” Ils disaient: “Si tu penses qu’avec ton bateau, ton moteur, tu pourrais arriver jusqu’à eux.” J’ai dit: “Eh bien, je vais faire tout ce que je peux.”

     Je franchissais les lames. La digue avait été rompue là-bas, et, oh! la la!...l’eau était en train d’emporter la ville. J’y allais à pleins gaz, et finalement, en passant par les ruelles et les avenues, je suis arrivé là-bas, près de l’endroit où se trouvait la vieille digue, et l’eau y coulait à flots. J’ai entendu quelqu’un crier, et j’ai vu une mère debout sur sa galerie. Et les grandes lames qui déferlaient, comme ça. Eh bien, j’ai continué à monter dans cette direction-là aussi loin que j’ai pu, j’ai frappé le courant, je suis revenu et je suis arrivé de ce côté. J’ai arrêté mon bateau juste à temps pour l’attacher au pilier, du montant de la porte, du montant, ou, du montant de la galerie. Je me suis précipité dans la maison, j’ai empoigné la mère et je l’ai fait monter dans le bateau, avec deux ou trois des enfants. J’ai détaché mon bateau, et je l’ai amenée... ramenée. Je suis allé beaucoup plus bas et je l’ai amenée au bord; j’ai fait environ un mille et demi [deux kilomètres -- N.D.T.] dans la ville avant d’arriver au bord avec elle. Et, quand je suis arrivé là-bas, elle s’était évanouie. Et elle s’était mise à... elle criait: “Mon bébé! Mon bébé!”

      Eh bien, j’ai pensé qu’elle voulait dire qu’elle avait laissé le bébé dans la maison. Oh! la la! Je suis reparti là-bas, pendant qu’ils essayaient de s’occuper d’elle. Et j’ai fini par découvrir que c’était... ou, qu’elle voulait savoir où était son bébé, là-bas. Il y avait un tout-petit d’environ trois ans, mais j’avais pensé qu’elle parlait d’un nourrisson ou quelque chose.

2011 "La voie du transgresseur".
Powered by Joomla 1.7 Templates