William Branham épouse Hope Brumbach

      Dans la Bible de Dieu, il est écrit : "Et il a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs, pour le perfectionnement des saints en vue de l`oeuvre du ministère et de l`édification du corps de Christ". (Eph. 4:11-12).

       Le cas, alors qu'il croissait en âge, semblait devenir de plus en plus éloigné. Mais Dieu lui avait déjà réservé une jeune femme du nom de Hope Brumbach.

 

Son premier vrai amour

     Après sa conversion, il commença à aller à l'église, et c'est là qu'il rencontra cette jeune fille du nom de "Hope". Laissons Frère Branham vous raconter lui-même son histoire :

     "Plus tard, j’ai trouvé une jeune fille, quand j’ai eu environ vingt-deux ans; elle était absolument charmante. C’était une jeune fille qui allait à l’église, une luthérienne allemande. Son nom était Brumbach, B-r-u-m-b-a-c-h, ça vient du nom Brumbaugh. Et c’était une jeune fille très bien. Elle ne fumait pas, elle ne buvait pas, et--et elle ne dansait pas, ni rien, une jeune fille très bien. Je suis sorti avec elle pendant quelque temps, et je... À l’âge d’environ vingt-deux ans, là, j’avais gagné assez d’argent, et je m’étais acheté une vieille Ford, et je...nous faisions des sorties ensemble. Et alors, à cette époque, il n’y avait pas d’église luthérienne à proximité, ils avaient déménagé de Howard Park, là-bas.

     Et alors, il y avait un ministre, celui qui m’a ordonné dans l’Église Baptiste Missionnaire, le docteur Roy Davis. Soeur Upshaw, c’est celui-là même qui m’a envoyé Frère Upshaw, ou qui lui a parlé de moi: le docteur Roy Davis. Et alors, il prêchait, son église, c’était la Première Église Baptiste, ou la--la... Je ne crois pas que c’était la Première Église Baptiste non plus, c’était l’Église Missionn-...ça s’appelait l’Église Baptiste Missionnaire, à Jeffersonville. Et il prêchait là-bas à cette époque-là, et nous allions à l’église le soir, alors... ensuite nous revenions. Je n’ai jamais adhéré à l’église, mais j’aimais simplement y aller avec elle. En effet, l’idée principale, c’était de "soirtir avec elle”, je ferais aussi bien de parler franchement.

     Donc, d’aller avec elle, et, un jour, je... Elle était d’une bonne famille, alors j’ai commencé à penser : “Tu sais, tu sais, je ne devrais pas prendre le temps de cette jeune fille. Ce n’est--ce n’est pas juste, parce qu’elle est une fille très bien, et moi, je suis pauvre et--et je...” Mon père avait des problèmes de santé, et je--je... Il n’y avait aucune possibilité que je puisse subvenir aux besoins d’une jeune fille comme elle, qui avait été habituée à vivre dans une belle maison avec des tapis sur le plancher.

   Je me souviens du premier tapis que j’ai vu, je ne savais pas ce que c’était. Je le contournais. Je trouvais que je n’avais jamais rien vu d’aussi joli de toute ma vie. “Pourquoi mettrait-on quelque chose comme ça sur le plancher?” C’était le premier tapis que je voyais. C’était un de ces... Je crois que ça s’appelle “des tapis tressés”. Je peux me tromper. C’est un peu comme de "l'osier”, ou quelque chose comme ça, entrecroisé, et on avait posé ça par terre. D’un beau vert et rouge, avec une grande rose au milieu, vous savez. C’était très joli.

   Et, donc, je me souviens que je--j’avais décidé qu’il me faudrait soit la demander en mariage, ou bien m’en éloigner pour qu’un homme bien l’épouse, quelqu’un qui serait bon envers elle, qui pourrait subvenir à ses besoins et qui serait gentil avec elle. Moi, je serais gentil avec elle, mais je--je--je gagnais seulement vingt cents par heure. Alors, je ne pouvais pas tellement subvenir à ses besoins. Et je... Il y avait toute la famille, dont il fallait s’occuper, et, comme papa avait des problèmes de santé, je devais m’occuper de tout le monde; alors, j’en arrachais pas mal.

   Donc, je me disais : “Eh bien, la seule chose à faire, c’est de lui dire que je--je--(elle)--je--je ne reviendrai pas, tout simplement, parce que j’ai trop d’estime pour elle pour gâcher sa vie et pour lui faire perdre son temps avec moi.” Et puis, je me disais : “Si quelqu’un pouvait s’occuper d’elle et l’épouser, lui donner un beau foyer. Et, si elle ne pouvait pas être à moi, peut-être que je pourrais--je pourrais savoir qu’elle est heureuse.”

   Et donc, je me disais : “Mais je--je ne peux--je ne peux tout simplement pas renoncer à elle!” Je--j’étais très mal en point. Et, jour après jour, j’y pensais. Alors, j’étais trop timide pour la demander en mariage. Tous les soirs, je prenais la décision : “Je vais lui demander.” Et quand je, euh, comment on appelle ça, des papillons, ou quelque chose qu’on a dans...?... Vous, les frères, dans l’auditoire, vous avez probablement tous eu la même expérience à un moment donné. Et une sensation vraiment bizarre, j’avais le visage qui me brûlait. Je--je ne savais pas. Je n’arrivais pas à lui demander.

   Alors, j’imagine que vous êtes curieux de savoir comment j’ai réussi à me marier. Savez-vous quoi? Je lui ai écrit une lettre pour lui demander. Et alors, sa... Bon, ce n’était pas : “Chère Mademoiselle”, c’était un peu plus (vous savez) affectueux que ça. Ce n’était pas comme un--un simple contrat, c’était... Je--j’ai rédigé ça du mieux que j’ai pu.

2011 William Branham épouse Hope Brumbach.
Powered by Joomla 1.7 Templates