Sa premiere campagne

brmain

 

     Le retour de Frère Branham sur la scène évangélique allait marquer un grand tournant dans sa vie, son ministère et son église. Tout le monde se rendait bien compte que quelque chose était arrivé au Prophète de Dieu, pour le plus grand bien des gens.

     Le 14 Juin 1946, Frère Branham, sa famille, et deux soeurs de son église quittèrent Jeffersonville pour Saint-Louis, où il devait commencer sa première campagne de guérison. Le matin était beau, et leurs coeurs pleins d'excitation. Frère Branham se souviendra à maintes reprises de sa dernière réunion au Tabernacle, avant de se rendre dans le champ évangélique, afin d'accomplir les Parole de l'Ange et la vision que le Seigneur lui avait donnée un certain matin de Dimanche, en 1933, juste avant de poser la pierre angulaire du Branham Tabernacle. Dans cette Vision, le Seigneur lui disait : "Fais l'oeuvre d'un évangéliste, donne la pleine mesure du ministère qui t'a été confié". Le serviteur de Dieu n'avait pas non plus oublié le cantique spécial chanté ce matin-là par des soeurs au Tabernacle.

     Ils viennent de l'Est et de l'Ouest,

     Ils viennent de lointain pays,

     A la fête du Roi,

     Manger à Sa table;

     Que ces pèlerins sont bénis !

     Ils arrivèrent dans la ville de Saint-Louis à quatre heures. L'équipe avait fait des arrangements pour rencontrer le pasteur Daugherty au bout du grand Pont McArthur, qui traverse le Fleuve Missouri. Sa voiture attendait, arborant les signes de la campagne en vue. Frère Daugherty les prit et les emmena chez lui, où ils furent accueillis par la famille et la petite Betty qui venait d'être guérie quelques jours auparavant.

     Ils se rendirent ce soir-là sous la grande tente où Frère Branham devait prêcher. Pendant qu'il expliquait à l'assistance ce que le Seigneur avait fait pour lui, les gens l'écoutait avec un intérêt évident, et avec une attention soutenue. L'on pria pour dix-huit personnes ce soir-là. De ce nombre était un homme qui avait été paralytique depuis plusieurs années. Après que la prière fut faite au Nom du Seigneur Jésus, il se leva, tapant des mains et marchant sans aucun secours. Un homme aveugle fut guéri, et les oreilles de plusieurs sourds furent ouvertes.

     Le matin suivant, il fut demandé à Frère Branham de répondre à l'appel d'une malade internée au pavillon psychopathologique  de l'Hôpital de Saint-Louis. Cette femme folle était redevenue normale et avait était libérée plus tard. Ils se rendirent au "Granite City", en Illinois, et y trouvèrent une femme rongée par le cancer et pesant environ 83 livres [environ 38 km]. Après la prière, Dieu toucha son corps, et il lui fut demandé de se lever et de rentrer chez elle. Il y avait, dans la maison voisine qu'ils visitèrent, une dame qui souffrait d'hémiplégie du côté droit depuis près d'un an. Frère Branham pria pour elle, puis lui commanda de se lever au Nom de Jésus-Christ. Elle obéit et immédiatement, elle souleva sa main droite au-dessus de sa tête, et elle se tenait debout sans l'aide de personne. Ensuite, elle marcha dans la pièce dans un sens, puis dans l'autre, battant des mains. Sa voix qui était déjà partie fut aussi restaurée, et elle parlait.

     Quand l'équipe retourna sous la tente ce soir-là, ils la trouvèrent bondée de monde. Plusieurs se tenaient dehors sous la pluie, et d'autres se trouvaient dans des voitures couvrant tout le voisinage. La réunion de ce soir-là aussi fut bénie d'un grand nombre de guérisons de malades.

     Alors que les réunions se poursuivaient soir après soir, des miracles de plus en plus remarquables se produisirent. Une forte pluie tomba à contre-saison, mais elle n'empêcha pas les gens de venir. Ils apportèrent avec eux de vieux journaux pour recouvrir les sièges mouillés par la pluie. Des chaises furent rajoutées, mais furent aussitôt occupées, et beaucoup de gens étaient restés encore  debout.

     Le dimanche soir, un prédicateur de couleur, lequel était totalement aveugle de ses deux yeux, et que plusieurs dans la congrégation connaissaient bien, s'avança pour la prière. Après la prière, Frère Branham souleva sa main, et l'homme de couleur s'écria : "Pasteur, je vois votre main." Puis, levant les yeux, il vit les lampes. Il cria : "Louez le Seigneur, je peux compter les lampes qui sont ici, et je vois les bras croisés auxquels elles sont accrochées." Les gens glorifièrent Dieu pour ce grand miracle, parce que beaucoup parmi eux savaient que ce prédicateur de couleur étaient aveugle depuis près d'une vingtaine d'année.

     Une femme, ce soir-là, avait rejeté l'appel de l'Esprit; elle quitta la réunion, mais ne fit que quelques pas, lorsqu'elle fut frappée d'une crise cardiaque. Elle s'écroula près d'une taverne. Frère Branham sortit et pria pour elle; après cela, elle se releva et confessa qu'elle avait résisté à l'appel de Dieu qui retentissait dans son coeur.

     Les réunions n'étaient programmées que pour quelques jours; cependant, plusieurs prédicateurs de la ville vinrent à Frère Branham, lui demandant avec insistance de continuer les services au-delà du temps prévu. Frère Branham s'agenouilla et demanda à Dieu de le conduire; puis, se relevant, il dit qu'il continuerait les services. L'intérêt  grandissait dans la réunion chaque soir, et la police venaient voir si tout se passait dans l'ordre.

     Des témoignages de guérisons étaient donnés. L'une des premières personnes pour qui l'on avait prié, était une petite dame d'environ soixante-dix ans; l'équipe avait remarqué qu'elle avait un cancer sur son nez, d'une grosseur d'un oeuf. Moins d'une semaine après, elle revint témoigner qu'il avait disparu. Plusieurs autres témoignages furent donnés. Eh bien, le témoignage de la petite Betty, qui prouva qu'elle était maintenant en bonne santé et bien rétablie, avait fait beaucoup d'impression. L'on pria pour un prédicateur qui ne pouvait pas soulever ses bras; il leva alors ses bras au ciel et loua Dieu. Plusieurs sourds et muets furent guéris dans les réunions, et ils démontrèrent qu'ils pouvaient entendre, en répétant les mots à la congrégation. Une femme loua le Seigneur de ce qu'elle pouvait marcher sans béquilles. Une autre qui souffrait de tétanos et d'arthrite fut instantanément guérie. Elle pouvait ouvrir et fermer sa bouche sans difficulté. Oui, les guérisons se multiplièrent sans nombre.

     A cause du grand nombre de gens qui sollicitaient la prière, Frère Branham priait parfois jusqu'à deux heures du matin. Ceci devint pratiquement une habitude pour lui depuis ce temps-là, et cela pendant plusieurs mois. Sa compassion pour les malades était tellement grande qu'il lui était difficile de quitter les malades.

     L'Esprit du Christ Vivant était vraiment manifeste.

     La campagne continua jusqu'au 25 Juin. Le lendemain, il s'en retourna à Jeffersonville, Indiana. Il avait reçu un autre télégramme des parents d'une petite fille, qui disaient que la condition de leur fille était grave. Quand Frère Branham arriva dans la salle d'hôpital, il pria pour elle et Jésus la toucha. Elle se leva et rentra à la maison, guérie et bien portante.

 

     Quelque temps après, Frère Branham retourna à Saint-Louis, pour prêcher dans l'Auditorium Kiel pour un seul soir. Environ 12000 personnes vinrent l'écouter.

2011 Sa premiere campagne.
Powered by Joomla 1.7 Templates